Les bébés et la douleur.

Pendant longtemps, la croyance la plus répandue chez les médecins était que les bébés ne souffraient pas. Ainsi, des générations de bébés sont passés sous le bistouri sans anesthésie. La Société d’Histoire de la Naissance a donné la parole à un médecin anesthésiste d’enfants de l’Hôpital Trousseau, auteur de En travers de la gorge et Le jeune enfant, ses professionnels et la douleur. Didier Cohen-Salmon, également fondateur de l’association Sparadrap, rapporte les propos de certains confrères pour illustrer son propos.

Ainsi, un professeur en pédiatrie déclarait encore en 1992 : « Les bébés ne souffrent pas. Lorsqu’ils crient, c’est de colère, de faim, de soif, ou bien encore pour rien. De toute façon, c’est bon pour eux, comme leur premier cri à la naissance, cela défrise leurs alvéoles et améliore la capacité respiratoire. « 

Le Docteur Cohen-Salmon reprend également les propos tenus par un autre médecin en 1938 : « Il y a des différences sensibles entre l’organisme du nourrisson et de l’enfant et celui de l’adulte au point de vue de la résistance à l’anesthésie. Le système nerveux est bien imparfait dans les premières années de la vie. Le nouveau-né a sans aucun doute une certaine sensibilité générale, bien difficile à préciser d’ailleurs. La douleur ressentie au début doit être très faible, si bien que pendant la première semaine de la vie, on peut opérer sans anesthésie, sans provoquer de douleurs violentes. »

Arrêtons là les exemples avant de nous sentir mal à notre tour !

Meagan-630x504
(Ph. Meagan via Flickr CC BY 2.0)

Par bonheur, il ne peut plus y avoir de polémique entre les professionnels de santé concernant la douleur des petits. En effet, en mai 2015, le magazine Science & Vie publie un article réjouissant : « C’est enfin prouvé, un nouveau-né ressent autant la douleur qu’un adulte. »

Dans son numéro de juin de la même année, le mensuel Assistantes Maternelles Magazine va plus loin en relatant une étude menée par l’Université d’Oxford. Les techniques d’imagerie cérébrale ont mis en évidence que les régions du cerveau réactives à la douleur étaient les mêmes chez les adultes et les bébés. Soumis à des stimulus de douleur quatre fois moins importants que ceux des adultes, les bébés réagissent de la même façon. Vous avez bien compris : la douleur est encore plus aiguë chez les tout-petits.

Ça fait mal, non ?

Pensées spéciales à mon petit frère Germain…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s